FAQ

Que signifie le label Flamme verte ?

logoFV-2

Le label Flamme verte assure la promotion des appareils de chauffage au bois performants en termes de rendement énergétique et de réduction des émissions polluantes (dont le monoxyde de carbone).

Il a été créé en 2000 par l'ADEME et les fabricants d'appareils domestiques. Il concerne les appareils domestiques de chauffage au bois : inserts, foyers fermés, poêles, cuisinières et chaudières.

Le rendement énergétique minimum exigé est de 70%, et l'émission de monoxyde de carbone doit être inférieure à 0,3%.

Qu’est-ce que le rendement énergétique ?

C'est le rapport entre la quantité d'énergie restituée et la quantité d'énergie consommée. Plus le rendement énergétique est élevé moins la consommation de bois pour chauffer est élevée (économie de combustible).

Pour 10 kg de bois dans un poêle à 80% de rendement, 8 kg de bois seront effectivement restitué en chaleur.

Le rendement est un critère majeur dans le choix d'un appareil.

Qu’indique la puissance d’un appareil ?

Exprimée en kW, la puissance nominale représente la puissance utile moyenne obtenue par l'utilisateur en allure de chauffe normale, en assurant les charges de bois nécessaires à l'alimentation du feu.

Cette puissance sera par exemple obtenue avec une charge de 14 kg de bois toutes les 3 heures pour un appareil de 14 kW. Elle est directement comparable à la puissance obtenue avec d'autres moyens de chauffage. Cette puissance est mesurée lors d'un essai normalisée selon la norme EN13229 pour les foyers/inserts et EN13240 pour les poêles à bois.

Pourquoi choisir l’énergie bois ou granulés de bois ?

Première source d'énergie renouvelable consommée en France, le bois allie atouts environnementaux et économiques. Le succès de cette filière passe aujourd'hui par le développement d'appareils de chauffage de nouvelle génération, garantissant des meilleures performances énergétiques tout en préservant encore mieux la qualité de l'air.

Actuellement, six millions de foyers utilisent en France un appareil de chauffage au bois et environ 80% des appareils vendus sont labellisés Flamme Verte.

Le bois constitue une source d'énergie renouvelable particulièrement utile pour réduire le recours aux combustibles fossiles et diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Cette filière sera fortement contributrice à l'objectif du Grenelle de l'environnement de porter à 23% la part des énergies renouvelables dans la consommation d'énergie finale en 2020.

Comme le vent, le soleil, l'eau et la chaleur de la terre, le bois est une énergie renouvelable et constitue, à ce titre l'un des points de passage incontournables pour une politique de développement durable. L'utilisation du bois répond à des préoccupations d'ordre à la fois éthique et économique.

La combustion du bois a un impact neutre sur l'effet de serre. Durant sa croissance, la biomasse doit consommer une grande quantité de dioxyde de carbone. Ce gaz sera ensuite libéré dans l'air quand le bois se décomposera ou lors de sa combustion... avant d'être à nouveau absorbé par la biomasse.

Quel bois utiliser ?

Les essences de bois sont classées en deux grandes familles selon leur densité :

  • Les feuillus durs (chêne, hêtre, frêne, charme, noyer, fruitiers...)
  • Les résineux et les feuillus tendres (épicéa, sapin, pin, mélèze, peuplier, saule...)

Les bûches de feuillus durs (chêne, hêtre, frêne, charme) sont les plus conseillées pour le chauffage domestique, à l'exception du châtaigner qui éclate en brûlant.

Les feuillus tendres et les résineux se consument quant à eux trop rapidement. Les résineux risquent, de plus, d'encrasser les conduits.

Pourquoi le bois humide ne doit pas être utilisé ?

Le taux d'humidité du bois est un critère essentiel car il intervient directement sur le contenu énergétique. Entre un bois sec prêt à l'emploi (moins de 20% d'humidité rapportée à la masse brute) et un bois fraîchement coupé (45% d'humidité rapportée à la masse brute), l'énergie restituée est divisée par deux ! L'équation est simple : plus le bois contient de l'eau, plus son évaporation nécessite de l'énergie et moins il produit de chaleur.

Le bois de chauffage fraîchement abattu, conditionné en un mètre, doit être stocké au minimum deux ans pour obtenir une combustion optimale. Coupé, fendu et conservé sous abri dans un endroit bien ventilé, le bois sèche plus vite. Mal stocké, le bois se dégrade rapidement.

L'humidité dans le bois diminue le pouvoir calorifique du bois. Au moment de brûler, une grande partie de la chaleur se perd dans l'évaporation de l'eau, et le reste peut alors être insuffisant pour assurer la chaleur nécessaire.

Combien de fois par an il faut ramoner ?

Règlement sanitaire départemental type (RSDT art 31.6 DTU 24.1 ) Directives techniques unifiés, ces documents fixent les règles en matière ramonage.

  • 1 fois par an si vous chauffez au gaz
  • 2 fois par an si vous chauffez au bois, charbon, granulés dont 1 fois pendant la période d'utilisation.

Quimper Cheminées peut s'occuper du ramonage de votre conduit : contactez nous.